Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

France-Israël. Lobby or not lobby ? (5) Le printemps israélien de la députée Aurore Bergé (Orient XXI)

8 Février 2021 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie, #Israël et le sionisme

Enquête · Aurore Bergé, une des élues vedettes de la Macronie, affiche un soutien constant à la cause israélienne, et préside à l’Assemblée nationale le groupe d’amitié France-Israël. La députée des Yvelines est également une proche du courant ultra-laïc du Printemps républicain dont l’influence s’étend jusqu’au gouvernement. Et compte parmi ses partisans d’autres éminents pro-israéliens.

Étoile montante de la nouvelle droite en devenir face à une Macronie en délitescence, Aurore Bergé est aussi présidente du groupe d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale depuis mai 2019. Elle est aux premières loges des nouveaux fans d’Israël. « Israël est notre première ligne de front contre le terrorisme », aime dire la députée La République en Marche (LREM) des Yvelines. « La France sera toujours aux côtés d’Israël et de sa sécurité », ajoute-t-elle en général. Mais cette grande habituée des plateaux télé est également proche du Printemps républicain comme, d’ailleurs, de nombreux pro-israéliens. Sur son autre sujet de prédilection : la laïcité, fondement même du Printemps républicain, Aurore Bergé embraye au quart de tour.

Ce courant, le Printemps républicain — qui n’a jamais parlé d’Israël ou de la Palestine et n’a pas l’intention de le faire « actuellement », selon la réponse écrite de son équipe à ma demande d’entretien — envisage de se transformer en parti pour les prochaines échéances électorales nationales en 2022. Ce qui satisfait le lobby pro-israélien. « On a beaucoup d’amis dans le Printemps républicain », se réjouit Arie Bensemhoun, directeur d’Elnet en France. « Ce n’est pas que le Printemps républicain soit représenté à l’Assemblée. Il ne l’est pas, commente un député. Mais il est dans toutes les têtes ». À commencer par celle d’Aurore Bergé qui adhère à une lecture de la laïcité que le sénateur socialiste Rachid Temal, pourtant lui aussi chaud partisan d’Israël et habitué des rencontres d’Elnet ne partage pas. « La laïcité du Printemps républicain n’est pas la laïcité à la française. Le dessein politique derrière, c’est de cibler l’islam », estimait-il dans Regards en octobre 2018. Or, l’essentiel du discours actuel des pro-israéliens consiste à faire passer le combat légitime des Palestiniens en lutte entre la démocratie et « la menace » islamiste. De plus, il y a quelque chose de quasi comique à voir des partisans français d’une laïcité « rigoureuse » se poster en première ligne de la défense d’un pays qui en 2018 a adopté une loi sur « l’État-nation » fondée sur l’identité religieuse…


Lire la suite

Les articles précédents :

Partager cet article

Commenter cet article